Le Bazar de la Charité, une série française rétro à suspense

bazar charité avis amtisstory

Aujourd’hui je vous donne mon avis sur la mini-série française produite par TF1 et Netflix, le Bazar de la Charité.

Cette série se déroule en 1897 à Paris. Son point de départ est le Bazar de la Charité, une vente de bienfaisance à laquelle participent toutes les grandes familles bourgeoises et aristocrates. Alors que la manifestation bat son plein, un incendie se déclare. C’est le début du chaos, y compris pour les trois héroïnes dont nous venons de faire connaissance…

 

Une série en costumes à la mise en scène réaliste

Comme beaucoup je pense, j’ai un faible pour les fictions historiques. Il est indéniable que le charme du Paris rétro apporte beaucoup à l’atmosphère de la série. Pourtant, les acteurs adoptent un ton moderne, les dialogues ne font pas du tout « français de l’époque ». Cela m’a un peu déconcertée au début mais finalement, pourquoi pas? Je trouve que cela crée une certaine proximité, en évitant un effet trop théâtral qui empêcherait de s’identifier.

A cet égard, cela me rappelle le film de Kheiron Nous trois ou rien. Je vous conseille ce très beau film dans lequel il raconte l’histoire de ses parents, réfugiés politiques iraniens; j’avais beaucoup aimé la mise en scène et l’interprétation contemporaines.

Le côté réaliste est présent dès le premier épisode. La spectaculaire scène de l’incendie, qui constitue un bouleversement majeur dans la vie de tous les personnages, est très impressionnante, poignante et réaliste. Le bâtiment s’enflamme et s’effondre en très peu de temps et on ne peut que ressentir de l’impuissance et de l’effroi. On se rend compte de l’importance des progrès accomplis depuis (l’existence de normes de sécurité ou encore la présence et la signalisation des issues de secours).

 

Un aperçu de la société française sous la IIIe République

Le Bazar de la Charité s’inscrit dans le contexte politique de la IIIe République. Une période marquée par de grandes réformes sociales, mais aussi par des vagues d’attentats anarchistes (notamment l’assassinat du président de la République Sadi Carnot par un anarchiste italien en 1894). Ces tensions expliquent la propension des autorités à expliquer l’incendie par un attentat anarchiste.

Un peu comme dans Downton Abbey, on suit à la fois les destinées des aristocrates et des domestiques. Les femmes, qui sont les principales victimes de l’incendie, sont aussi les héroïnes de cette fiction. A travers des sujets comme l’autorité parentale, l’avortement ou encore le divorce, la série rappelle constamment la place des femmes dans la société française de cette fin du XIXe siècle, et à quel point leur émancipation est difficile voire impossible.

En plus de nos trois héroïnes, je dirais qu’un quatrième personnage occupe un rôle de premier plan : la presse, à travers le journal La Chouette et ses reporters. L’action se déroule en effet quelques années après la promulgation en 1881 de la loi sur la liberté de la presse en France.

Lire aussi : Les meilleures séries françaises : mon top 3 du moment

 

Une série portée par son casting convaincant

Une des forces de cette série, c’est son casting. C’est d’ailleurs en voyant une affiche représentant les trois actrices principales que j’ai eu envie de visionner la série. J’ai apprécié la fougue d’Audrey Fleurot (Adrienne), la délicatesse et la détermination de Camille Lou (Alice), ou encore la sensibilité de Julie de Bona (Rose). Toutes trois incarnent avec conviction leur personnage.

Et n’oublions pas les rôles secondaires interprétés notamment par Josiane Balasko et Stéphane Guillon. Au départ j’ai eu du mal à croire au personnage de ce dernier, mais je dois admettre qu’il s’est montré convaincant.

 

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé cette série, ni trop courte ni trop longue. La série fait la part belle aux intrigues, à la romance, aux rebondissements (souvent prévisibles mais bien amenés) mais aussi au suspense. Une très belle surprise donc!

 

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

2 Replies to “Le Bazar de la Charité, une série française rétro à suspense”

  1. Justement, j’hésitais à regarder cette série, elle m’intriguait beaucoup ! Ton avis m’a décidée 😊
    Bonne journée 😊

    1. Ah ça tombe bien! J’espère qu’elle te plaira autant qu’à moi.

Laisser un commentaire

shares